Report of my conversation with Steingrim Veum

English translation of the article below after the french one

Orgy #14, 2011, ink on paper, 50 x 70, Steingrim Veum – appeared in KSAT#4 inspired by a song from The New Spring

Depuis bientôt 5 ans Steingrim Veum dessine des orgies sexuelles. Nous avons discuté avec l’artiste norvégien pour mieux comprendre son parcours et redécouvrir ses oeuvres.

Steingrim a commencé par s’adonner à la bande dessinée. À L’âge de 5 ans il a écrit sa première histoire avec comme personnage principal un jeune homme portant son nom et un sweater orange. A 16 ans, son intérêt a dévié de la bande dessinée vers les beaux arts.  » Peut être qu’à un certain moment ça ne m’intéressait plus de créer des histoires. »
Il rejoint ensuite l’école d’art de Bergen en Norvège. Il remarque que la plupart des étudiants étaient plus centrés sur l’art contemporain et l’art conceptuel. « Après l’école j’ai été rejeté par l’académie d’arts. Donc clairement je n’avais pas compris l’art conceptuel! ». A l’époque, Steingrim créait des oeuvres bien différentes de sa série actuelle. Il faisait des installations avec des fils en les mélangeant avec des effets sonores. « Quand j’y repense, ce n’était pas du tout un type d’art qui me représentait. J’essayais de m’intégrer et de comprendre quelque chose que je ne comprenais pas. Au final mon art se révélait être de la merde. Je pense que j’ai du mal à appréhender l’art conceptuel. Peut être que dans un sens je suis un peu conservateur? J’adore les peintures de la Renaissance et je trouve Joseph Beuys ennuyant. »

Pendant 5 ans, Steingrim réessaiera successivement d’intégrer l’Académie d’Arts mais en vain. Il compris qu’il n’entrerait jamais dans l’académie et commença la série de dessins d’orgies. « J’ai abandonné l’académie, le monde de l’art et l’idée entière de faire carrière dans l’art et j’ai commencé à dessiner des orgies. »
A ce moment, Steingrim décide de créer un projet artistique à sa façon, qu’il n’enverrait pas à l’académie d’art et qu’il ne montrerait à personne car ça serait pornographique. Puis, un de ses amis les vus et lui conseilla de les soumettre à l’exposition d’automne de Oslo. C’est à cette occasion que ses dessins ont été exposés pour la première fois.

Au départ il réfléchit à l’idée de mélanger l’art et la pornographie sans pour autant vouloir avoir une démarche politique ou passer un quelconque message. Il ne souhaitait que se concentrer sur l’univers intérieur du fantasme sexuel. Il n’avait pas pour but de faire quelque chose qui serait particulièrement excitant sexuellement. Il a essayé plusieurs médias dont le collage pour se focaliser sur le dessin. A cette époque, en 2008, cela faisait des années qu’il n’avait pas pratiqué le dessin. L’influence des bandes dessinées de son enfance se sont immédiatement fait ressentir. En effet, Steingrim remarque que les BDs se sont incrustées dans son art avec une influence certaine de Calvin & Hobbes et particulièrement les Simpsons.

La première fois que j’ai vu les dessins de Steingrim, je n’ai pu m’empêcher de rigoler. Le contraste entre l’aspect esthétique et la mise en scène avaient un aspect comique indéniable. Le style de dessin me plaisait beaucoup et je lui ai proposé de rejoindre le KSAT#4 et de l’exposer lors de l’événement à Hambourg. »La première fois que les dessins ont été exposés, j’ai remarqué que beaucoup de gens rigolaient en les regardant » me raconte- t- il. « Depuis je les pense plus comme comique que érotique. Je suis plus intéressé par l’aspect esthétique que l’aspect sexuel lorsque je les dessine. Je ne pense pas que ces dessins soient l’expression de ma sexualité ni de ce que je trouve émoustillant. »
Son dessin a eu beaucoup de succès lors de l’exposition et j’ai pu en effet observer ce type de réactions chez le visiteur surpris et confus.

Quand Steingrim parle de ses pièces, il insiste sur le fait que beaucoup de gens accordent le centre de l’attention à la mise en scène orgiaque tandis que le décor intérieur est tout aussi important lors de la réalisation des tableaux. »J’ai commencé à m’intéresser aux pièces et à y intégrer des gens dedans, à faire des compositions avec beaucoup de personnages donc ça a conduit au concept d’orgies. » Il feuillette souvent des livres d’architecture d’intérieur et dans les derniers dessins de la série, il a composé ses propres pièces en en mixant plusieurs ensemble.

Steingrim admet être monomaniaque dans son art. Il travaille dans une librairie et dans son temps libre il travaille à ses orgies. Il espère pouvoir faire évoluer son projet vers quelque chose de plus étrange. « J’ai envie de faire des pièces impossibles avec des perspectives impossibles et peut être que les personnages évolueront aussi. Je ne sais pas encore. Ce qui est une bonne chose. »
Il dit être un artiste lent à cause de son côté perfectionniste. Steingrim passe 6 à 7 semaines à élaborer un dessin.  Lorsqu’il a fait une ébauche du brouillon il le change plusieurs fois pour voir toutes les possibilités et lors de la mise en encre le dessin peut changer. « Je ne suis jamais vraiment satisfait du résultat final. »
Quand je lui demande si il y a quand même une orgie qu’il préfère, il me répond que sa réponse peut changer mais qu’en ce moment c’est l’orgie #21. « Je suis très satisfait des oiseaux dans la partie basse du dessin, particulièrement celui dans la bouteille et l’oeuf dans le verre de vin. »

Orgy #21, 2012, ink on paper, 50 x 70 – Steingrim’s current favorite orgy

Since almost 5 years, Steingrim Veum draws sexual orgies. We talked with the norwegian artist in order to better understand his path and to rediscover his pieces.

Steingrim started with drawing comics. At the age of 5 he wrote his first story with a main character wearing an orange sweater and named Steingrim. At the age of 16, his interest shifted from comics to fine arts. « Perhaps at some point, I was not interested in creating stories anymore. »
Then he joins the art school of Bergen, Norway. He notices that most of the students were more focused on contemporary art and conceptual art. « After art school, I was rejected at the Art Academy. So obviously I did not understand conceptual art! ». Back then, Steingrim created pieces quite different from his current series. He was making installations with wires mixing them with sound effects. « Looking back at it, it was not art that represented me at all. I was trying to fit in, and understand something I did not understand. In the end, my art turned out to be crap.  I think I lack an awareness for conceptual thinking. Perhaps I am in a way a bit conservative? I love paintings from the Renaissance and I find Joseph Beuys boring. »

During 5 years, Steingrim will try successively to enroll in the Art Academy without success. He understood that he will never make it to the academy and started the series of orgies drawings. « I gave up the Art Academy, the art world, the whole idea of doing a career in art, and started with orgy drawings. »
At this moment, Steingrim decides to create an artistic project his own way that he will not send to the Art Academy and that he won’t show to anyone because it would be pornographic. Then, one of his friends saw them and gave him the advice to submit them to the Autumn Exhibition in Oslo. It’s at that occasion that his drawings were exhibited for the first time.

At first he thinks of the idea to mix art and pornography with no will to convey a political message or any message at all. He only wished to focus on the inner world of sexual fantasy. He didn’t have as a goal to do something that will be particularly arousing. He tried different medias (collages) to end up focusing on drawings. At that moment, in 2008, it was years since he practice drawing. The influence of the comics from his childhood appeared immediately. Indeed, Steingrim points out that comics started to sneak inside his art project with an influence from Calvin & Hobbes and particularly the Simpsons.

The first time I saw Steingrim’s drawings, I couldn’t help but laugh. The contrast between the aesthetics and the scenary have a undeniable comical aspect. I liked the drawing style a lot and I asked him if he would like to take part of KSAT#4 and to exhibit him at the event in Hambourg.  » When the first drawings were exhibited, I saw that most people were laughing at the drawings. » he says.  » Since then, I have thought of the drawings as more comic than erotic. I think these drawings are not about me expressing my sexuality or what I find arousing. »
His drawing had a lot of success during the exhibition and I could definitely observe this sort of reaction on the surprised and confused visitor.

When Steingrim talks about his pieces, he insists on the fact that a lot of people focus more on the orgy scenary when the interior design is as important to him when elaborating the drawings.  » I started to be interested in rooms and to put people in rooms, to make compositions with many people. So it ended with an orgy concept. » He often scrolls through interior design books and in the latest drawings of the series, he composed his own rooms mixing many different ones together.

Steingrim admits that he is a monomaniac in his art. He works in a bookstore and in his free time he works on his orgies. He hopes to make his project evolve towards something more strange. « I want to make impossible rooms with impossible perspectives and maybe the characters will evolve aswell. I don’t know yet, which is a good thing. »
He says he is a slow artist because of his being such a perfectionnist. Steingrim spends 6 to 7 weeks to elaborate a drawing. When he does the first draft, he changes it many times to see all the possibilities and when he adds the ink the drawing can still change. « I’m never really satisfied with the end result. » When I ask him if there is still one orgy that he prefers he  answers that it can change but that at the moment it’s the Orgy#21. « I’m really satisfied with the birds in the lower part of the drawing, especially the one in the bottle and the egg in the wineglass. »